Benoît Chamoux (1961-1995): 1er himalayiste français

Disparu à trente-quatre ans, Benoît Chamoux a gravi de 1985 à 1995 treize des quatorze “8000 mètres”, les plus hauts sommets du monde. A ce titre, il est toujours le premier himalayiste français. Promoteur des ascensions solitaires express, il demeure à ce jour le seul homme au monde a avoir réussi trois “8000″ (dont le mythique K2) à chaque fois en moins de vingt-quatre heures.

Dirigeant en situation extrême des équipes internationales, Benoît Chamoux a conduit pendant trois ans les expéditions de “l’Esprit d’Equipe”.

En 1992, du sommet du Toit du Monde, Benoît Chamoux a mené avec succès la première mesure par satellite de l’Everest. Quinze kilos d’instruments ont été installés sur l’ultime marche du plus haut pic de la planète. Cet exploit scientifique, technologique et humain a permis de déterminer, simultanément par satellite et par triangulation, l’altitude du Toit du Monde avec une précision nouvelle (8 846m.).

En 1993 Benoît Chamoux a gravi son onzième 8000, le Dhaulagiri et en automne 1994 le Lhotse (8516 m.). Cette expédition comportait d’importantes recherches médicales en haute altitude.

Le 7 mai 1995 Benoît Chamoux a atteint le sommet du Makalu son 13ème sommet de plus de 8 000 mètres. Il ne lui restait plus qu’un pic a conquérir, le Kangchenjunga (8 584 m. et 3ème sommet du monde), prévu à l’automne 1995, et où il a disparu le 6 octobre à quelques mètres du sommet.